Premiers tests du GravityLight

Une fois le GL déballé, la première chose à faire pour tester notre GravityLight est de trouver un point d’accroche suffisamment solide et suffisamment haut pour pouvoir l’accrocher, chose relativement facile dans un appartement plein de poutres.

gravitylight_accroche_poutre

Deuxième chose à faire (et plus compliqué) est de pouvoir remplir le sac fourni avec une charge de 8 à 12 kg. Si on met moins de 8kg ça marche pas, mais si on en met trop on risque de tout casser. Comme je suis pas à la campagne, pas moyen de mettre du sable ou du gravier comme expliqué sur la notice. Du coup il a fallu faire avec les moyens du bord : patates et riz !

gravitylight_poids

Mais dans le volume imparti par le sac ça n’a pas été suffisant, j’ai donc du y ajouter le poids de la connaissance : HTML5, pour que le pendule commence à descendre correctement.

Je suis assez surpris de l’engin, le système n’est pas si simpliste. Le gros bouton trois positions permet de régler la vitesse de descente du poids, et donc la puissance délivrée.

gravity_lum_faible
Position I, faible éclairement
gravitylight_forte_lum
Position III, «fort» éclairement

Un système permet de détecter que le poids est trop élevé au moyen d’un astucieux ressort placé au niveau de l’accroche de l’engin. Si le poids est trop élevé une led rouge va s’allumer.

gravitylight_rouge

Comme je l’avais expliqué dans ma précédente note, il est possible d’utiliser le courant généré pour y brancher un appareil électronique (bon faut pas être trop gourmand quand même parce qu’on peut pas compter sur beaucoup plus de 40mA). La tension délivrée (mesurée) est d’un peu moins de 9v, et le branchement de l’adaptateur va désactiver la led d’éclairage pour concentrer toute l’énergie sur l’adaptateur.

gravitylight_adapt

Ce qui est rigolo, c’est que si on branche juste l’adaptateur sans aucun appareil de branché dessus, la charge va se mettre à descendre rapidement (circuit ouvert). Et si on veut mesurer le courant de cours circuit avec un ampèremètre, la charge stoppe complètement sa course. Et du coup je n’ai pas encore pu mesurer correctement le courant délivré par l’engin.

Au prochain épisode copé va devoir se cacher les yeux car je vais mettre l’engin à poil ! On va s’attaquer à son démontage. Peut-être mettrais-je des photos de la bête démontée le 14 février par solidarité avec les dessinateurs 😉

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Premiers tests du GravityLight

  1. miniketbeber dit :

    Il faut maintenant passer au stade supérieur:
    je souhaite inviter les amis à prendre le thé à la lueur du gravity light:
    1 gravity light fournit 9V sous 40mA
    Ma bouilloire consomme 2200 W. Il me faudra donc 2200/(9×0.04) soit 6111 gravity light plus un pour la lumière.
    j’aurai donc besoin de12Kg x 6112 =73344 Kg de poids.
    J’espère seulement que je trouverai une poutre assez costaude. Les invités remonteront les poids.
    Le thé ça se mérite!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *