Paris -> Nouméa

Cela faisait au moins 6 mois que ça se préparait, nous voila parti pour un petit mois de vacance à faire le tour du monde. L’objectif premier est de rejoindre cousin Thomas qui fait ses études d’instit’ à Nouméa et sa copine (dans le jargon on dit «belle cousine» 😉 qui négocie d’arrache pied un job avec un bon salaire (parce que pour vivre à Nouméa il en faut des billets!).

Valise prête

Petite pub pour Niviuk au passage, un constructeur de parapente qui fait des sacs à dos GRANDs.

Les billets avaient été réservés chez british airways au départ de Paris, 4 mois à l’avance par l’agence «les connaisseurs de voyages» qui sont spécialisés dans les billets d’avions «sec» de tour du monde. Trajet pour Nouméa Paris -> Londre -> Bangkok -> Sydney -> La Tontouta (Nouméa) : 23 heures d’avion environ. Mais il faut ajouter à cela les 6 heures de train depuis µLoose pour Paris, (en Corail histoire de se mettre dans le bain tout de suite ;).

Donc départ le 15 septembre à 5h27 du mat’ de cette ville grise, froide et aigris qu’on appel Mulhouse pour Paris d’où je rejoins mon frère et sa copine.

Un dernier petit casse croute en France avant de rejoindre les bouffeurs de sauce à la menthe à bord d’un superbe A321 de British Airways.

Arrivé dans le gigantesque aéroport d’heathrow il faut prendre le bus pour changer de terminal et attendre encore 1h sans toucher aux bonbeks du duty free (c’est mauvais pour la ligne).

Et c’est parti pour 10 heures de 747 pour Bangkok.

L’avantage des long-courrier British Airways, c’est qu’il y a des petits écrans personnels qui permettent de réviser sa géographie pendant le voyage … ou de l’apprendre parce que cette région là j’avoue que je ne connaissait pas trop.

L’escale de Bangkok nous permet juste de changer quelques billets contre le la monnaie local Thaï pour goûter à la bière thaï (exactement la même que celle du restau mulhousien au coin de la rue en fait). Puis nous repartons vers Sydney.

Le vol ayant pris du retard, nous n’avons pas vraiment le temps de trainer dans l’aéroport, juste le temps de prendre en photo le 737-800 de Qantas qui nous emmène à Nouméa.

Un «petit» vol de 3heures nous amène donc à l’aéroport de Nouméa (la Tontouta en fait) ou nous attendons nos bagages désespérément face à une affiche de l’amicale des bretons de la Nouvelle Calédonie (faut toujours qu’ils viennent faire leurs intéressants ceux là).

L'amicale des bretons de Nouméa (ils sont partout c'est une invasion !)

Et là, c’est le drame, le retard du vol de Londre nous a obligé à courir dans l’aéroport de Sydney, mais les bagages n’ont pas suivi. Du coup pas de bagages pour notre première journée-nuit (enfin un truc dans le genre vu le décalage qu’on vient de se taper) sur le caillou.
Heureusement pour passer une bonne nuit, Qantas fournis les pyjamas en guise d’excuses.

La mode est aux Pyjamas Qantas sur le caillou.

Ce contenu a été publié dans Tour du monde (en mode CO²), voyage, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Paris -> Nouméa

  1. Teyssieuman dit :

    Moa g pa vu de fôte !

    C’est pas mal comme début … J’ai hâte de lire la suite !

  2. Y@nn dit :

    Décidément il rien de mieux pour illustrer un blog que des images de David. As-tu pris la compagnie calédonienne au nom le plus doux… AIR CÂLIN !!!

  3. admin dit :

    As-tu pris la compagnie calédonienne au nom le plus doux… AIR CÂLIN !!!

    Patience ça vient 😉

  4. rémi dit :

    la suite la suite!!!
    content de voir que mes t-shits tchèque font le tour du monde!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *