Retour de Conférence ORConf 2019

Je remercie mon entreprise Armadeus Systems de m’avoir permit d’assister à cette septième conférence OpenRisc 2019.

Libérez vos flip-flop !

L’ORConf est organisée par la fondation FOSSi qui promeut la liberté dans le matériel, que l’on parle d’outils ou de composants matériel. L’objet de la première conférence fut justement sur l’histoire de cette organisation.

FOSSi foundation est une évolution de l’association opencore, les fondateurs de FOSSi n’étaient pas satisfait de cette structure et de l’organisation de la gestion des projets. La fondation FOSSi a pour but de promouvoir le logiciel libre et le matériel libre et de servir de support aux différents projets libres. Elle apporte un soutien logistique pour l’hébergement elle sert d’interface avec le projet google summer of code. Sa mission est également d’organiser des événements comme l’ORConf pour faciliter les rencontres entre les différents acteurs du matériel libre.

C’est la première fois que la conférence se déroulait en France, à Bordeaux dans les locaux de l’école d’ingénieur ENSEIRB-MATMECA. Une école que je connais bien puisque c’est l’école dans laquelle j’ai passé mon diplôme d’ingénieur 😉

Une fois l’introduction de la fondation passée, la journée du vendredi s’est enchaînée avec une présentation de la Chips Alliance pas Zvonimir Z bandic employé de Western Digital puis avec une discussion autour des licences open sources du CERN à destination spécifiquement du matériel.

Nous avons eu la chance d’avoir une présentation de la fondation RISC-V par Calista Redmond – récemment nommée CEO de l’organisation – pour nous parler de la révolution en cours.

Mais les conférences ne sont pas réservées au jeux d’instruction RISC-V, nous avons pu avoir un aperçu d’un processeur autour du jeux d’instructions OpenPower (de plus en plus libre) ainsi que du processeur OpenRisc (le samedi) développé sur le temps libre de Stafford Horne principalement (temps pas si libre que ça puisqu’il a des enfants;).

Après quelques discussions à propos des outils disponibles autour du VHDL pour la vérification de la syntaxe et des règles de codage la journée du vendredi s’est terminée par une présentation de l’avancée des outils libres pour le développement sur ASIC par Luis Eduardo Rueda Gruerrero de Symbiotic EDA. Luis participe au développement d’un processeurs RISC-V 32bits nommé ASICone en ayant – comme son nom l’indique– la fabrication d’un silicium avec le plus possible de logiciels libres comme objectif. Le développement intégralement open source est encore compliqué, notamment en ce qui concerne l’analyse de la consommation, l’arbre d’horloge ainsi que la description des librairies de composants.

Cette demi-journée fut bien chargée en informations annonçant bien la suite le samedi.

Beaucoup de choses à digérer de la journée de samedi. À titre personnel je retiens surtout les avancées de Cocotb version 1.2 dont le mainteneur est un membre de la fondation FOSSI. En plus du support complet de Python3 et les directives «async», cocotb 1.2 permet désormais d’être utilisé sans Makefile car intégré complètement dans le système de packaging Python.

Mais le futur de Cocotb semble très intéressant avec le support de verilator comme simulateur. Le travail pour le support de verilator était surtout à faire coté verilator et non Cocotb, mais un patch semble être sur les rails chez Wilson.

Malgré son nom très «vacances à la plage», cocotb est le nouveau système permettant d’écrire des testbenchs qui est de plus en plus utilisé en entreprise aujourd’hui. Il remplace allègrement les UVM, VUNIT qui font si mal à la tête.

Jeremy Bennett nous a présenté un nouveau banc de test nommée emBench en cours de définition pour que les différentes architectures de processeurs puissent comparer leurs zizi. L’objectif étant d’avoir un testbench libre et gratuit pour pouvoir l’exécuter sur toutes les plate-formes et faire de beaux tableaux comparatif.

L’après midi fut marqué par une série de «ligthning talks» de 3 minutes chacune. Avec les avancées du développement de SymbiFlow (impressionnantes) notamment pour le support de l’artix7 ainsi que par une présentation de Clash qui vient de passer à sa version 1.0. Sans oublier la présentation des cœurs RISC-V pour ASIC développés par la société russe syntacore et les avancées du langage Chisel3.

À noter aussi la remarquable performance de Pepin de Vos avec sa présentation intégralement réalisés sur un softCore tournant sur FPGA (GOWIN). Il est désormais possible grâce au travail de Tristan Gringold de synthétiser du VHDL avec Yosys. C’est ce qu’a utilisé Pepin pour réaliser son système à base de logique 7400. Cependant le nombre de composant étant trop important il s’est contenté d’une synthèse sur FPGA pour cette présentation.

Pour que toute la chaîne de développement sur FPGA soit libérée, un bon logiciel de placement routage est nécessaire. C’est le rôle du nouveau logiciel Nextpnr que David Shah nous a présenté. Le développement de nextpnr avance bien. N’hésitez pas à le soutenir sur patreon.

Enfin, la journée s’est terminé sur les berges de la Garonne par un dîner concert dans la guinguette «chez alriq». Cela qui m’a permis de passer de l’autre coté du fleuve, ce qui ne m’était jamais arrivé durant mes trois ans de scolarité à Bordeaux !

Pour le restaurant, c’est Google qui régale

Le dimanche ne fut pas sans repos non plus et fut marqué par une conférence très dynamique de Jose E. Marchesi et son nouveau logiciel d’édition de binaire (ELF, mp3, …) poke. Une présentation très vivante et passionnante, tout le monde achète 😉

Les interfaces (connecteurs) présenté par Alan J.Wood sont aussi très intéressantes. L’objectif des connecteurs mixMOD et Blackedge présentés est de pouvoir s’adapter aux PMOD très présent dans les kits de développement FPGA tout en ajoutant des pins analogique. L’idée est d’avoir un standard pour bricoler dans son garage et pour équiper les salles de TP pour l’éducation.

N’oublions pas la présentation de l’impressionnant travail abattu par l’université de Zurich avec leur projet PULP. Le travail de l’équipe PULP est de concevoir et produire des ASIC pour l’embarqué à base d’architectures parallèle. L’objectif est de publier en open source le plus possible les outils utilisés. Leur processeur nommé Arnold est particulièrement remarquable car il intègre une matrice FPGA nommée eFPGA fournie par QuickLogic. Pour l’instant les outils de synthèse et de placement routage sont en source fermés, mais il est prévu de fournir des outils libre pour cette matrice.

Todd Strader nous a parlé de son projet de protection d’IP Verilog à base de verilator permettant d’éviter l’horrible système de chiffrement des IP proposé habituellement par les constructeurs et empêchant l’utilisation de simulateur libre. Tout en ayant une sécurité très relative quand au piratage de la dite IP chiffrée.

Dan Gisselquist nous a démontré que la plupart des IP proposées par les fondeurs à base de bus AXI ne respectent pas le standard et sont souvent buggé ! Ces bug ressortent très facilement grâce à la vérification formelle.

Et enfin, n’oublions pas la présentation de la nouvelle entreprise local Hiventive et son système de coordination de simulateurs en ligne.

Pour conclure, cette conférence fut très intense en présentations. Beaucoup d’acteurs du matériel libre étaient présent. Un des grand intérêt de cette conférence était aussi de pouvoir rencontrer en personne des acteurs que l’on ne côtoyait avant qu’a travers des messagerie.

Une question reste sur toutes les langues : Où se passera l’ORConf 2020 ?

2 réflexions sur « Retour de Conférence ORConf 2019 »

  1. Merci pour ce retour sur ORConf 2019, je suis déçu de ne pas avoir pu m’y rendre ! Savez-vous si les conférences ont été enregistrées ou si les slides seront mises en ligne ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*